Catégories

Recherche avancée

Prix

24 - 53 €

Description du pont naturel de l’Ardèche

  • Description du pont naturel de l’Ardèche

Description du pont naturel de l’Ardèche

 On entreprend de longs voyages, on fait des courses pénibles, on s’expose à tous les dangers pour augmenter ses connaissances, et quelquefois seulement pour satisfaire sa curiosité. Loin de blâmer ce goût, j’avoue, au contraire, qu’il a été le mien, mais j’ai tâché de ne pas mériter le reproche qu’on fait avec raison à quelques amateurs, de vouloir tout connaître dans les pays étrangers, et de négliger ce qu’il y a d’intéressant dans leur propre pays. A la vérité je serais moins excusable qu’un autre ; car peu de contrées offrent autant que celle que j’habite d’objets dignes de fixer l’attention des curieux.

Dans le département de l’Ardèche, sur la rivière qui lui donne son nom, à vingt kilomètres environ de son embouchure, on voit un pont naturel comparable à ce fameux pont de Virginie qu’on appelle Rocky-bridge, que le marquis de Chastellux nous a fait connaître (1)...

Le pont de rocher de l’Ardèche est indiqué sur toutes les cartes sous le nom de pont-d’arc (2) et même comme pont naturel sur celle de Cassini ; mais nulle part je ne l’ai trouvé décrit ni figuré ; il n’en est fait mention dans aucun ouvrage de géographie ou de statistique. Je l’ai visité bien des fois en parcourant nos Cévennes, et toujours je l’ai contemplé avec un nouveau plaisir ; j’y ai conduit quelques étrangers qui ont admiré sa structure ; j’en ai entretenu diverses personnes qui s’intéressent à ces sortes de curiosités naturelles, et je cède à leurs invitations en le décrivant. Je vais essayer d’expliquer sa formation, puisqu’un autre plus habile ne l’a pas entrepris avant moi.

Ce n’est qu’un faible ruisseau qui coule sous Rocky-Bridge ; l’Ardèche, au contraire, reçoit beaucoup de petites rivières dans le pays montagneux qu’elle traverse ; et, quoique son cours ne soit pas très considérable, elle est navigable depuis le Rhône jusqu’au-dessus du pont-d’arc.

En suivant le cours de l’eau, et en arrivant au pont du côté de Vallon, son effet est admirable !...

Une montagne à pic se présente en face ; au milieu est une arche immense qui d’un peu loin paraît régulière et à peu près à plein cintre. Les culées, le dessous de la voûte ne sont pas unis, tant s’en faut, mais ils conservent une sorte de symétrie réellement étonnante ; le massif énorme qui la charge est coupé perpendiculairement, et son sommet crénelé est couronné d’arbres.

Du côté d’aval, l’aspect est différent,  mais le paysage n’en est pas moins très pittoresque, si l’on se place de manière à voir la campagne à travers la montagne. Autour de l’arcade et au-dessus, cette montagne est boisée ; elle a conservé la forme qu’elle avait avant que cette ouverture fût faite. On peut monter par un des côtés jusqu’à la hauteur de l’arche, la traverser et descendre sur l’autre rive ; mais ce n’est pas sans difficulté que l’on gravit le sommet. La pente est très escarpée depuis l’arrête de la voûte jusqu’à la crête du côté opposé qui est d’aplomb sur la rivière. Il faut grimper les rocs, s’accrocher aux buissons, aux branches, et oublier qu’un faux pas vous précipiterait dans l’eau de plus de soixante mètres de hauteur.

Il serait sans doute facile de rendre ce pont utile et d’y faire passer la route de Barjac à Villeneuve-de-Berg (3) ce serait d’autant plus avantageux qu’on est obligé de traverser la rivière un peu plus haut au moyen d’un bac, et que, dans les crues d’eau, les communications sur ce point entre le département du Gard et celui de l’Ardèche se trouvent interrompues.

Il suffirait, pour rendre ce pont praticable, de bâtir un mur du côté d’aval et de combler et d’aplanir l’intervalle qu’il y aurait entre ce parapet et celui du bord opposé que je voudrais tailler dans le roc même, afin que, de ce côté, il n’y eût aucune maçonnerie, et qu’il restât comme le dessous de la voûte ou intrados, l’ouvrage de la nature et du temps.

M. le marquis de Chastellux ne s’était proposé d’abord que de faire connaître le pont naturel d’Amérique par sa description, les plans et les mesures de M. de Turpin ; il le regardait comme une merveille et comme la chose dont il était le plus difficile de se rendre raison. Mais ensuite les observations nombreuses sur le travail extraordinaire des eaux, dont ses voyages lui fournirent tant d’exemples, et l’opinion de M. de Buffon qu’il consulta, lui firent attribuer la formation de ce pont au ruisseau qui passe dessous qui a creusé également les ravins profonds dans lesquels il coule.

C’est de la même manière que je tâcherai d’expliquer la formation du pont-d’Arc. Que ceux qui ne connaîtraient le Vivarais que par la description que M. Faujas de Saint-Fond a faite de ses volcans éteints, ne supposent pas ici quelques traces de l’action des feux souterrains ; tout est calcaire aux environs ; et le pont-d’Arc, quoiqu’ancien, est d’une date beaucoup plus récente que les dernières éruptions qui ont eu lieu dans d’autres parties de cette province.

L’Ardèche est bordée à droite par une chaîne de rochers coupés à pic, parce qu’elle en a à peu près cavé les bancs inférieurs, et que ceux qui leur étaient superposés, cessant d’être soutenus, se sont écroulés successivement et ont été entraînés par les eaux.

A l’endroit où se trouve le pont naturel, la montagne formait un avancement à angle droit, et, dans l’origine, la rivière en faisait le tour, comme elle serpente encore un peu plus bas autour d’une autre colline. Les eaux agissaient nécessairement avec force contre ce premier coude, qui semblait barrer leur cours direct : la petite rivière d’Ibie, dont le confluent est presque vis-à-vis cet angle, contribuait à y pousser le courant. La montagne fut minée, ses flans se déchirèrent, tombèrent ; elle fut taillée verticalement bien plus vite que celle qui longeait la rivière.

En supposant qu’il y eût quelque caverne à la hauteur de l’eau, elles devaient s’y engouffrer, la remplir, l’agrandir ; et l’on conçoit qu’elles se percèrent enfin un passage à travers le rocher, en roulant avec elles tous les débris qu’elles détachèrent, et qu’à la longue elles formèrent l’arche telle que nous la voyons aujourd’hui.

Ce n’est point ici une hypothèse : l’ancien lit existe encore autour de la montagne, et il n’y a pas longtemps qu’il est en culture, ainsi qu’on peut en juger d’après la hauteur et la nature du terrain, et l’âge des arbres qu’on y a plantés. La montagne dans laquelle on a coupé l’arche est très caverneuse, comme toutes celles des environs. deux maisons au hameau de Saint-Martin d’Arc sont des grottes au-devant desquelles on a bâti seulement une façade ; à très peu de distance est un gouffre effrayant qui descend directement jusqu’à l’eau ; de tous côtés on rencontre des cavernes plus ou moins spacieuses, et ce n’est pas gratuitement que j’ai supposé qu’il pouvait y en avoir à la portée des eaux, puisqu’on en voit plusieurs dans les culées du pont ; les unes, assez larges, forment des réservoirs où l’on peut entrer en bateau ; d’autres, au-dessus ou au-dessous du niveau de l’eau, pénètrent en divers sens, et j’ai vu la rivière grossie s’engouffrer dans quelques-uns, et sortir par d’autres en écumant.

J’ai visité à 2,35 kilomètres, vers le sud-ouest du pont, un trou au milieu d’une petite vallée appelée la Goula (gueule), dans lequel se précipitent quatre petits ruisseaux et toutes les eaux pluviales qui, par des souterrains, se rendent de là dans l’Ardèche.

La formation du pont-d’Arc m’a paru toute simple. aussi je n’ai pas prétendu résoudre un problème de la nature en l’expliquant, et j’espère que mon opinion sera partagée par les personnes qui savent apprécier l’action des eaux...

 

Extrait de la Bibliothèque universelle, juin 1823.

 

 

 

Notes

 

1 - Voyage dans l’Amérique septentrionale, Tome II, p. 68, etc.

2 - Il est ainsi noté sur l’ancienne carte des Cévennes, publiée par N. de Fer en 1703, et sur toutes les cartes de France assez détaillées.

3 - J’ai entendu dire que M. de Lachanède, ancien syndic du Vivarais, avait conçu ce projet, que la révolution fit échouer comme tant d’autres.

COMMENTAIRES

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

S'abonner en ligne Moyens de paiement Visa Mastercard Découvrir Devis en ligne gratuit Moyens de paiement Visa Mastercard Découvrir
Remonter