Catégories

Recherche avancée

Prix

24 - 53 €

Minutes toponymiques d’oc * par Laurent Aiglon

Minutes toponymiques d’oc * par Laurent Aiglon

 Marie Félicie de Budos (1628-1693) :

la marquise missionnaire

 

Dernière représentante de la longue et prestigieuse lignée des De Budos de Portes, elle est la fille aînée d’Antoine Hercules de Budos (1589-1629) et de Louise de Crussol (elle-même fille du duc d’Uzès).

Son père est tué au siège de Privas en 1629. Orpheline, elle en nourrira, sa vie durant, un vif ressentiment envers les protestants.

Les habitants de portes ont longtemps cultivé sur la marquise la dérision, ils ont aussi colporté des légendes très noires sur son compte. Celles-ci ont de nos jours (et pour longtemps encore) la peau dure. Si bien que la marquise a perdu peu à peu sa dimension historique.

Sa personnalité mystique est-elle en cause dans une commune qui est devenu durant l’époque industrielle un bastion de contestation sociale ouvrière. En effet la Compagnie minière de Portes et Sénéchas va être confrontée à de nombreuses grèves à la fin du 19ème siècle. La création de la commune de la Vernarède amène une population émigrée, non autochtone qui scelle la rupture avec le passé. La Révolution Française puis la Révolution industrielle participent à l’acculturation sur l’Ancien Régime tant de fois décrié à l’école laïque et républicaine.  La commune de Portes a en effet subi des amputations de territoire très importants à deux reprises : lors de l’érection de la commune de la Grand’Combe en 1846 et celle de la Vernarède en 1869. La destruction du village de Portes autour du château au début des années 1930 achève ce long processus.     

Autre motif de moquerie ou de haine : une femme accédait à un titre de noblesse prestigieux et pour beaucoup le fief devait « tomber en quenouille » : car comme chacun le sait « femme au volant, mort au tournant » ! Comment donc ! Une femme qui a refusé le mariage et qui veut exercer pleinement le pouvoir ! Pour couronner le tout, les affabulateurs vont d’ailleurs lui prêter post mortem des aventures où elle sacrifie du haut de son château, ses amants !

Quel portrait fidèle peut-on faire d’elle, au milieu de toutes ces sottises, d’après les sources historiques ? 

Le franciscain Antoine Lieurin, envoyé en Cévennes par l’Eglise, pour convertir les protestants dans les années 1650-1660 dans cette partie des Cévennes (Saint Germain de Calberte, Portes, Sainte Cécile d’Andorge, Saint Ambroix) nous donne quelques clés de la personnalité de Marie-Félicie de Budos.

Dans ses rapports à sa congrégation pour la Propagation de la foi, Lieurin décrit une femme seigneur appartenant au milieu dévot déterminée à vaincre le protestantisme.

Là voici décrite comme chevauchant dans les vallées les plus reculées de sa seigneurie, ici pour arracher deux jeunes filles catholiques de 15 et 16 ans à un mariage avec des huguenots et les cloîtrant dans son château, là en fouettant publiquement un voleur de confession protestante !

La marquise n’hésite pas à donner de sa personne, finance la reconstruction des églises, fonde des chapelles (Rochegude). Elle communie dans son château de Portes. Pour sa charité envers les 200 mendiants qu’elle nourrit et catholicise, on la compare à Sainte Hélène qui releva les églises en Terre Sainte. Les missionnaires franciscains appelés à ses côtés vont jusqu’à la surnommer « notre amazone »1, « notre héroïne », compliment assez rare de la part d’un clergé généralement assez défiant envers la gent féminine. Les laïques eux aussi ne restent pas insensibles à son charisme : ainsi un tisserand se convertit, « touché par le seul exemple et la vie de la marquise de Portes ».

Antoine Lieurin, jamais à court d’éloges sur son égérie dira d’elle : « tout le Languedoc bénit ce petit ange tutélaire ». L’évêque de Mende lui rend hommage en 1653.

On ne peut pas dire que la marquise persécute, comme le feront les dragons après la Révocation, mais en tout cas elle pèse de tout son poids pour empêcher les mariages mixtes entre protestants et catholiques et pour faire abjurer les premiers. Sensible aux efforts de la contre Réforme, c’est le moment où la monarchie fait régresser les places protestantes et que la noblesse pactise avec un clergé plus éclairé que par le passé. La marquise se croit investi d’une mission au service du Roi de France. Cette réaction catholique intransigeante constitue les derniers feux de la féodalité, en l’absence de contre-pouvoirs, puisque les parlements ou le pouvoir consulaire municipal ne se mêlent pas de la question religieuse.         

La marquise de Portes voit peu à peu triompher ses idées avec la Révocation mais ne vivra pas assez longtemps pour connaître la guerre des Camisards.  Mais Louis XIV va paradoxalement, avec l’intensification des persécutions, ôter aux seigneurs leur croisade locale.

Nous devons donc replacer Marie Félicie de Budos dans le courant dévot de la noblesse auxiliaire du Roi de France dans sa lutte contre les protestants, tout en constatant que sa forte personnalité, ses méthodes pastorales radicales, ont été détournées et parodiées les siècles suivants pour des motifs plus politiques que religieux.    

 

1 : aspect guerrier, dans le sens de militant, et celui d’une femme qui vit sans homme. On sait que Marie Félicie voulant entrer dans les ordres avait fait vœu de chasteté dès sa jeunesse.  

* Minute vient du latin minuta scriptura, écriture menue, mots s’écrivant en petits caractères. C’est aussi l’original des actes notariés où nous trouvons les microtoponymes, sorte de petits toponymes occitans qui identifiaient des pièces de terres dans nos anciens compoix avant que le cadastre napoléonien n’introduisela numérotation des parcelles.

COMMENTAIRES

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

S'abonner en ligne Moyens de paiement Visa Mastercard Découvrir Devis en ligne gratuit Moyens de paiement Visa Mastercard Découvrir
Remonter